La liste des risques et des sources de stress pour un aidant est importante :prendre soin de soi, ...

dreamstime_12274637237-e1296511945678

Le stress de l’aidant : comment l’anticiper ou le canaliser ?

La liste des risques et des sources de stress pour un aidant est importante :
. prendre soin de soi
. gérer les problèmes de comportement du proche
. le stress humain et financier
. la dépression
. l’isolement
. la sécurité tant de l’aidant que du proche

Comment faire face, seul, à autant de facteurs anxiogènes et souvent difficiles à appréhender et évaluer quand on est confronté à la maladie, et la perte d’autonomie d’une personne que l’on aime et accompagne au jour le jour ? Quel comportement adopter face à un proche dépendant, présentant des réactions comportementales dangereuses, destructrices, violentes, ou tout simplement imprévisibles ? Comment se protéger et préserver la personne aidée ?

Ces questions difficiles et lourdes de conséquences, les aidants se les posent tôt ou tard lorsqu’ils se trouvent en situation. Sans le recul nécessaire, et quelques conseils adaptés, les risques de se mettre en danger, et de mettre en danger l’entourage et la personne aidée peuvent être très importants.

Aux Etats-Unis certaines universités et organisations ont pu analyser les facteurs de stress des aidants, et proposer à partir de questionnaires des évaluations sur le degré de stress ou sur le poids et la prédominance de certains de ces facteurs. En fonction de cette évaluation et des notes attribuées aux réponses, des solutions sont proposées pour faire face, et sortir de situations subies, génératrices de mal être. Ce type d’évaluation peut se faire en ligne sur un site internet.

Une autre alternative serait de bénéficier de conseils d’un(e) coach, d’un(e) psychologue ou d’une personne spécialisée en ligne sur le web ou au téléphone. Se pose alors le problème de certification des services de coaching ou de la qualification des psychologues : les réponses apportées aux aidants peuvent parfois être lourdes de conséquences. On ne s’improvise pas coach ou psychologue sur des sujets aussi graves que la dépendance et la fin de vie. Comment faire confiance à une personne que l’on ne voit pas, que l’on ne connait pas ?

Quand aux séances en tête à tête, elles présentent trois contraintes :
. avoir du temps
. trouver un(e) personne qualifiée avec qui instaurer une relation de confiance
. le coût

Les trois solutions décrites ci dessus peuvent être envisagées de façons complémentaires ou s’adapter à des moments ou des phases dans le cycle vécu par l’aidant. Une situation de détresse nécessitera un appel téléphonique d’urgence afin de parer au plus pressé. Le questionnaire en ligne permettra quand à lui d’orienter ou de mettre l’accent sur certaines solutions à envisager, auxquelles l’aidant n’aurait pas pensé, faute de recul. La thérapie par des séances de coaching ou d’échanges avec un(e) psychologue peut s’avérer indispensable lors de l’accompagnement en fin de vie d’un proche en situation de grande dépendance.

Et vous, que pensez vous de ces outils d’aide ? Accepteriez-vous d’évaluer votre propre stress en répondant à un questionnaire en ligne ? Seriez vous capable de livrer vos difficultés à un(e) profesionnel en ligne, et à quelles conditions ? Accepteriez-vous de rencontrer un(e) psychologue ?

2 Commentaires

  1. Bonjour, Je me soumet bien volontiers à votre demande:
    -Et vous, que pensez vous de ces outils d’aide ? C'est une excellente initiative
    -Accepteriez-vous d’évaluer votre propre stress en répondant à un questionnaire en ligne ? Ce serait peut être compliqué mais pourquoi pas, bien que je pense que répéter ou répondre des centaines de fois sans résultats est lassant, il faudra que le questionnaire soit suffisamment complêt.
    -Seriez vous capable de livrer vos difficultés à un(e) professionnel en ligne, et à quelles conditions ? Oui, sans problème, parfois appeler et obtenir de suite un interlocuteur peut aider, voire éviter le pire.
    -Accepteriez-vous de rencontrer un(e) psychologue ? Ici c'est une question de temps et l'aidant n'en a pas suffisamment, voir un psy peut mettre des années avant de voir un résultat...
    Voilà mon opinion

    • Anna, nous prévoyons dans quelques mois de réaliser ce type de questionnaire, avec plus d'interactivité en ligne, comme un module de formation en ligne, très court.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *