Liste des risques liés à la maltraitance d'une personne dépendante ou en perte d'autonomie.

dreamstime_7299106-200x300

Les risques
liés à la victime :

Lorsque la personne est dépendante physiquement ou psychologiquement, elle devient une lourde charge pour l’aidant. C’est une source de stress très importante.
Lorsque la personne devient incontinente ou souffre de diarrhée ou de vomissements, elle donne un surcroit de travail à l’aidant. Ces symptômes sont souvent mal tolérés et peuvent être sources de rejet, d’isolement …
Lorsque la personne souffre de troubles du caractère, lorsqu’il devient agressif, l’aidant peut lui aussi devenir agressif.
Lorsque la personne souffre de démences, son comportement incohérent peut être une cause de maltraitance.

Les risques liés à l’aidant :

Chaque personne a un seuil de tolérance, lorsque la surcharge morale et affective dépasse ce seuil, il y a risque de maltraitance.
Si l’aidant est dépendant (alcool, drogue, …) la violence physique ou mentale est souvent présente et une violence financière est souvent présente.
Si l’aidant à des problèmes financiers, il s’installe chez la personne aidée pour vivre à “son crochet “.
Lorsque l’aidant se retrouve seul à assumer. Il s’isole, se marginalise et devient plus facilement abusif.

Les risques liés au personnel d’établissement :

Il s’agit souvent d’un manque de formation.
Le manque de personnel donc la surcharge de travail et l’épuisement sont aussi des facteurs de maltraitance.
Il arrive aussi que le personnel manque de motivation (par exemple, on distribue le petit déjeuner, mais on ne se soucie pas de savoir si la personne pourra ouvrir le petit pot de confiture seule).
Le manque d’information entre collègues.

Les risques liés à  l’environnement :

Lorsque le lieu d’habitation n’est pas adapté ou réduit, les déplacements sont restreints, la cohabitation difficile, c’est une source de tension, donc de violence.
Lorsque la violence fait déjà partie de la vie de la famille, lorsque la dépendance survient, elle augment les risques de maltraitance.

2 Commentaires

  1. Pourquoi ne parlez-vous pas de l'autre cas fréquent de maltraitance ? celui de l'aidant "martyrisé" par un parent exigeant, égoïste, ingrat, insultant, agressif , non parce qu'il est sous l'emprise de crise dues à la démence sénile , mais parce que la dite démence sénile neutralise le bouclier comportemental de toute personne "normale" qui sait qu'il vaut mieux contenir aux yeux de tous les "mauvais côtés " de sa personalité , ce qui n'est plus le cas quand les neuronnes ne fonctionnent plus correctement et que la peersonnalité sans "garsde fou" se révèlent à l'état pur et brut! Nombreux sont les aidés dans ce cas, seuls demunis et sans aide avec plus que leurs yeux pour pleurer et quelquefois pour ne plus les rouvrir!

  2. Texte définitif corrigé de ses erreurs de frappe

    Pourquoi ne parlez-vous pas de l’autre cas fréquent de maltraitance ? celui de l’aidant “martyrisé” par un parent exigeant, égoïste, ingrat, insultant, agressif , violent, non parce qu’il est sous l’emprise de crises dues à la démence sénile , mais parce que la dite démence sénile neutralise le bouclier comportemental de toute personne “normale” qui sait qu’il vaut mieux contenir aux yeux de tous les “mauvais côtés ” de sa personnalité , ce qui n’est plus le cas quand les neurones ne fonctionnent plus correctement et que la personnalité sans “garde fou” se révèle à l’état pur et brut! Nombreux sont les aidés dans ce cas, seuls démunis et sans aide avec plus que leurs yeux pour pleurer et quelquefois pour ne plus les rouvrir!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *