Bienvenue à tous les aidants ! Que préférez vous : galette à la pistache ou fraisier ?

dreamstime_7944441-e1296407760662

” Sur chaque site nous lisons tous avec énormément d’intérêt informations, conseils, adresses, forum. Comme si seul la gravité de ton était de mise. Ce que j’avais pensé construire c’est une ère de décompression qui parlerait de nos vies au quotidien d’une façon très pragmatique, des choses potentiellement faciles à faire dans nos vies d’aidant. Un peu de légèreté Il me semble que chacun aurait vu avec plaisir la petite note de joie d’un billet d’humeur.”

Billet d’humeur de janvier 2011

Bienvenue à tous les aidants !
Que préférez vous : galette à la pistache ou fraisier ?

Si vous êtes un aidant qui a des jours de répit régulier, des aides planifiées, de la disponibilité, une vie sociale et une fatigue maîtrisée, vous avez le label de l’excellence. Si comme moi vous êtes un modèle perfectible, il faut s’axer directement sur le « Je prends soin de moi». Cet adage doit s’ écrire sur les 365 jours de l’agenda… Profitons en tant qu’il est neuf !

Réapprendre une posture du «  moi je » complètement perdu de vue… A dose maitrisée cela vitamine l’estime de soi. Concrètement, lister ce qui vous ferait le plus plaisir. Pas à pas réalisez le tout !

Sans oublier le point de mire : Être en toute circonstance « un bon compagnon pour soi ». Soigner son dialogue intérieur  : se féliciter, s’encourager devant la difficulté. Si une erreur s’est produite : La considérer comme une démonstration sans la marteler au fer rouge de vos torts. Se dire combien elle est profitable pour votre bibliothèque d’expériences. De ce fait vous voilà avec une hauteur de vue et de l’assurance sur votre propre valeur. Plus nous développons de force psychologique plus nous gagnons en efficacité pour notre belle mission d’aidant…

Quand vous partez pour les courses avec un pas de gymnastique, sachez-vous arrêter si un voisin cherche à vous parler. Soyons ouverts pour communiquer afin de se décentrer de son pôle d’intérêt et créer un lâcher prise. Si une connaissance ou une amie vous propose une sortie dîtes « oui ! oui !» sans hésiter. Pourquoi ? la fatigue que vous essayez toujours d’apprivoiser est souvent là pour vous faire dire non d’emblée…

Phénomène normal. Sans tambour ni trompette Il faut se prédisposer à ouvrir toutes les portes au lieu de les fermer ! L’aidé va s’en trouver gratifier par vos propos d’un genre nouveau  grâce à un spectacle, un dîner, une visite insolite dans un quartier de votre ville… Donc à vous de saisir toutes les opportunités.

Il faut sortir de son quotidien même quelques minutes tout de suite sans remettre au lendemain. Un fortifiant naturel qui booste vos belles endorphines… Par ricochet l’aidé profitera de tout ce bienfait. Soyez réceptifs en étant un observateur attentif vis-à-vis de tout votre entourage. Aiguisez la curiosité sans modération. Je sais, vous n’avez pas que ça à faire ! Le message : Ne nous enfermons pas ! Créons le dépaysement.
Vous n’avez pas une minute à vous. Seul le moment du coucher vous laisse échapper un soupir aussi long qu’un siècle après l’intensité d’une journée.

Une chose possible à dire uniquement à des aidants : Un moment de la semaine accordez vous une heure résolument indéboulonnable à ne rien faire du tout !! Au plus peignez vous les ongles des orteils ! Laissez libre cours à l’inutile, au dérisoire… Vivrez la fantaisie de l’inertie.

Un événement qui n’arrive jamais « ne rien faire » En plus c’est très culpabilisant : « Oui mais j’aurais pu profiter de ce moment pour ranger tous les papiers de l’année dernière. Vider l’armoire… Ah ces armoires ! » Toutes les activités laissées pour plus tard viennent grossir votre culpabilité ! Refermez tout de suite le tiroir des choses en attente… C’est votre heure un point c’est tout ! il n’y a rien d’autre à y loger. J’ai décidé le dimanche à 15h de regarder le ciel et de rester improductive… Tirez des plans sur la comète ! rêvez  beaucoup ! On ne vous le dira pas tous les jours. Alors bonnes semaines à tous. A bientôt chez Charlotte.

Article rédigé par Michèle Clary

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *