Que préférez-vous un jus de framboise ou un cocktail ananas mangue ?

dreamstime_7944441-e1296407760662

” Sur chaque site nous lisons tous avec énormément d’intérêt informations, conseils, adresses, forum. Comme si seul la gravité de ton était de mise. Ce que j’avais pensé construire c’est une ère de décompression qui parlerait de nos vies au quotidien d’une façon très pragmatique, des choses potentiellement faciles à faire dans nos vies d’aidant. Un peu de légèreté Il me semble que chacun aurait vu avec plaisir la petite note de joie d’un billet d’humeur.”

Billet d’humeur de mars 2011

Bienvenue à tous les aidants !

Que préférez-vous un jus de framboise ou un cocktail ananas mangue ?

Nous les aidants nous sommes potentiellement des gros demandeurs de vacances. Enfin de vraies vacances avec pour seul horizon la mer et rien à faire !

Juste à pousser la porte des restaurants. Oubliés les pharmacies, le fourneau, l’hôpital, les préoccupations 20h sur 24h. Mais pas longtemps.

Votre cher aidé, vous n’êtes pas en mesure de lui proposer quelques jours dans un lieu verdoyant aux abords d’un château… où une équipe s’occupera de tout pour lui sans vous… Le temps d’un répit…

Pourquoi ? Parce que vous seriez étranglée de culpabilité et d’une sensation insoutenable d’abandon. Un tracas immense à envisager : la perte du contrôle des situations. Vu sous ces aspects vous passeriez les pires vacances de votre vie ! Vous êtes un aidant en quête de perfection… Donc moralité vous pensez à la famille pour vous remplacer afin de vous permettre « l’escapade » d’un pied léger. Mais avant tout, il est nécessaire de se préparer lors de votre demande, à tout entendre surtout le redoutable « non » pour rebondir sur une déception potentielle… et accuser le coup si nécessaire.

La famille est unie, l’amour circule mais quand votre sœur vous dit : « non je ne peux pas me libérer. Pas de nounou, pas de congés avant 2016 » … la gestion de l’émotion, de la fatigue chevillée au corps ignorée de tous sont à traiter tout de suite. Verbaliser votre déception, tout dire d’une façon constructive, expliquer la nécessité de votre repos. Inutile de jouer une scène de dramaturgie genre radeau de la Méduse… Sans agressivité et avec une perspective d’ouverture, suggérez un aménagement dans l’agenda inabordable d’un membre de la famille…

Après coup, vous téléphonez à tout votre arbre généalogique mais en vain… Personne n’est libre…

Le cocktail ananas mangue vire vinaigre balsamique à la vue du constat : Toute la famille se promène autour du monde pendant que vous faîtes la traversée des « problèmes » en solitaire… Vous êtes remontée comme un coucou !

Stop arrêt sur image ! Une seule direction : rationaliser ! Pas de rancœur cela va vous occasionner des maux… ni de coup d’épées dans l’eau vous allez gaspiller vos belles forces … Il ne faut pas se délocaliser de son combat de vie pour l’aidé. C’est lui seul qui reste le destinataire de votre belle énergie. Votre unique croisade !

Résultat : il est nécessaire de construire autour de vous un réseau de personnes compétentes et fiables. C’est-à-dire des professionnels au top et des amis capables de braver toutes épreuves avec des facultés certaines d’anticipation. Enfin en un mot des intervenants qui n’ont pas les deux pieds dans la même converse… Histoire de vous laisser décompresser même une journée. Imaginons les vagues bleues, les deux mains à plat sur un transat…

Pour agrandir votre cercle de connaissances, rencontrez d’autres aidants qui vous enrichiront de leurs expériences réussies. Malgré des histoires différentes, nous avons dans le fond, le même ordre de préoccupations à résoudre. En plus vous pourrez tisser des liens d’amitié où la compréhension sera immédiate…

Hormis cela tous les jours demandez-vous : « Qu’est ce qui me ferait plaisir aujourd’hui ? » Ah voilà une phrase inconnue de vous comme une langue étrangère… Cela peut être une petite chose comme une charlotte au poire, la visite d’une exposition, des boutiques avec une amie… Se promener dans une brocante et chercher l’improbable trésor… (qui forcément ne sera pas un objet mais plutôt une rencontre.) Si nécessaire, prendre ce temps à l’arrachée dans votre agenda de “ministre Aidant”. Solliciter ses envies est indispensable pour éviter l’écueil d’un immense désert d’envies… Rien ne compense le pas de répit mais organisez le plus possible des pauses répétées. Jetez vous dans la découverte d’un univers : la sculpture, le stretching, le yoga, le piano, l’œnologie… à votre guise. Je sais il y a aussi Le vélo des coursiers new yorkais sans freins, ni vitesses… mais vous n’avez pas le droit de vous casser quoi que ce soit, alors inutile de vous pencher sur cet engin ! Sinon attendez d’avoir constitué votre réseau de remplacement… Allez sourions ensemble ! Sourions toujours. L’humour est un énorme atout pour court-circuiter nos amplificateurs de contrariétés. Alors bonnes semaines à tous. A bientôt chez Charlotte !

Article rédigé par Michèle Clary

Un commentaire

  1. Cet article est une petite bulle de légèreté... dispensée par quelqu'un qui connaît bien son sujet !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *