Que préférez-vous une glace à l’ananas ou à la noix de coco ?

dreamstime_7944441-e1296407760662

” Sur chaque site nous lisons tous avec énormément d’intérêt informations, conseils, adresses, forum. Comme si seul la gravité de ton était de mise. Ce que j’avais pensé construire c’est une ère de décompression qui parlerait de nos vies au quotidien d’une façon très pragmatique, des choses potentiellement faciles à faire dans nos vies d’aidant. Un peu de légèreté Il me semble que chacun aurait vu avec plaisir la petite note de joie d’un billet d’humeur.”

Billet d’humeur mai 2011

Bienvenue à tous les aidants !

Que préférez-vous une glace à l’ananas ou à la noix de coco ?

Quand toute la vie d’un être  dépend uniquement  de vos décisions et actions, vous êtes investie de la plus grande responsabilité qui existe … Il n’y a pas de pause possible dans ce registre !  Une histoire humaine des plus  fortes. De ce fait vous vivez toujours dans la profondeur,  la combativité à transmettre sans relâche à votre aidé… Le seul contrepoids est de rechercher dès que possible des instants de légèreté ! S’imposer la paresse mais une paresse royale ! C’est une épreuve pour vous qui vivez sur un seul tempo : la suractivité !

Mais avant toute chose, cherchons à exploiter sans détour la force des détails qui ont un retentissement sur nous.

Voyez plutôt : Pas besoin de long discours, votre petite mine pâle comme un lavabo de la gare de l’Est parle pour vous…
Comme les Maldives ne sont pas dans votre programme d’aidant, vous optez définitivement pour  le blush « illumination vénitienne » !
Un petit coup de fouet instantané pour le moral quand vous passez devant le miroir du monoprix. C’est le résultat qui compte !
Là-dessus vous courez chez le coiffeur. Le but suprême tenir un ensoleillement sur le moral à tout prix !

En revanche sans aucun recours cosmétique, vous avez un champ d’action immédiat sur vos postures. Cela peut sembler dérisoire, que nenni que nenni.
N’avez-vous jamais eu l’étonnement soudain de marcher tête baissée, les épaules aussi et les yeux rivés au sol ?

Moi oui…

C’est sur, vous évitez tous les obstacles sur les trottoirs et trouvez un billet de 50 e qui a perdu son propriétaire…
Mais halte là, redressez vous tout de suite, voire surélevez la tête avec ostentation et visez le ciel !
Même si on vous prend pour une bêcheuse, pas grave, car de toute façon ce n’est pas vrai !
Ouvrez bien les épaules vers l’extérieur. Vivez bien droit comme un I majuscule.
Choisir une posture d’ouverture  car il faut en plus  respirer doucement et profondément…
Oui tout compte ! Le tout cumulé, donne des atouts complémentaires pour renforcer votre mental de sportif  !

Pour la destination détente de l’aidant : l’itinéraire est toujours brouillé par quelque chose. Le seul moment connu : celui où vous tombez dans le lit comme un cascadeur. Mais un de ceux qui aurait vécu une journée de tonneaux, roues en l’air !  Sans rire vous êtes au point de dormir habillée avec les bottes, tel le cow-boy qui ne s’attache pas aux commodités du pyjama…

Mais aujourd’hui vous avez réussi à désacraliser le rythme :
Cet après-midi votre aidé est en soin à l’hôpital. Pendant ce temps, vite vous constituez l’inventaire des missions à accomplir…

La question qui vient aussitôt : « Je commence par quoi ? »

La vaisselle pyramidale vous attend avec impatience ; le linge à repasser tend ses plis froissés ; les courses n’en peuvent plus d’attendre ; la cuisine pour ce soir clignote d’interrogation sur un four vide…
Même l’aspirateur semble prêt à exploser  avec son sac débordant de poussière… »
Vous claquez la porte du débarras.
Bref vous commencez par quoi ?
La réponse s’impose tout à coup en évidence…

«  Je commence par rien du tout ! »

Le clash !  Maillot de bain et serviette sous le bras, direction la piscine Joséphine Backer ! »
Cette décision vous surprend, mais vous ne la laissez pas vous chahuter avant de changer d’avis.   …
Une attitude subversive sur les priorités du quotidien est déjà difficile à envisager alors à faire…
En attendant le lâcher-prise passe par des brasses tout en douceur dans cette eau bleu au-dessous d’un ciel tout aussi bleu…
Des mouettes déploient de majestueux battements d’ailes sous votre nez de baigneuse…

Vous avez créé un instant pour vous toute seule, des vacances là tout de suite.
Un bonheur inédit.

Pour finir cette escapade vous avez été sur un transat du solarium pour lire l’article d’une revue de circonstance «  Je ne fais rien et je me porte mieux ».
Voilà bien un exemple à retenir pour nous les aidants.
Vous avez réussi des heures merveilleuses sans avoir été rattrapée par la culpabilité d’un farniente.
Le retour a été léger car ce répit improvisé vous a fortifié… et d’ailleurs vous voilà même avec des jolies couleurs naturelles cette fois !
Pour couronner ces heures légères vous avez dégusté à la fois la glace à l’ananas et à la noix de coco !
Nous les aidants nous n’insistons jamais assez sur les espaces de dépaysement.
Sortir du quotidien tient de l’évènementiel !
Faut-il bien le savoir pour apporter une réponse concrète, comme chacun le fait si spontanément pour son aidé.

Quelle chance inouïe, on veut vous imposer des loisirs coûte que coûte ! Allez y foncez ! Alors bonnes semaines à tous .

A bientôt chez Charlotte.

Article rédigé par Michèle Clary

5 Commentaires

  1. bon, une fois de plus je suis scotchée !
    et oui, que j'aime ta plume incisive, qui décrit si bien le quotidien de l'aidant. on s'y voit à ta place chez joséphine, et la glace, quel bonheur !
    et tout ça s'en s'arrêter de penser à "l'aidé", pour mieux rebondir, pour mieux assurer encore ... chapô mimi, gros bisous

  2. Vous êtes une vraie artiste, musicienne des mots, mélodie de la vie, de croches en paragraphes vos verbes rythment la phrase musicale si chaude au morale, à l âme aussi, au cœur surement.., rien que des tubes pour nous, mélomanes heureux de vous lire !

    Merci.
    Stephane Allanore

  3. Bravo Michèle pour ce moment délicieux partagé avec tous, aidants ou non...
    La vie se déguste, nous avons tendance à l'oublier trop vite.
    Merci de nous le rappeler avec tant d'humour et de sensibilité.

  4. Je comprends mieux en vous lisant, l'éternel bonne humeur que vous affichez lorsque je vous croise sur le palier de votre mère! Je partage totalement le commentaire écrit par Stéphane.
    Bon courage à vous.

    Catherine Rich

  5. Magnifique, que du bonheur à lire ces articles une vraie leçon d'optimisme et une joie de vivre qui font plaisir et donnent du boum au coeur
    Continuez...
    Merci mille fois

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *