Nader engage une aide soignante pour s'occuper de son père atteint de la maladie d'Alzheimer

capture-d_ecran-2011-09-18-a-21.53.59

Avez vous entendu parler du film iranien : « Une séparation ? ».

Une séparation

Au dernier Festival de Berlin, le film de l’Iranien Asghar Farhadi a raflé l’Ours d’or, la récompense suprême. Mais aussi l’Ours d’argent de la meilleure actrice et du meilleur acteur. En France, il vient de dépasser les 800.000 entrées. Un succès inattendu pour cette histoire apparemment banale.

Nader et Simin projettent de partir à l’étranger y trouver un avenir meilleur pour leur fille. Mais au dernier moment, Nader décide de rester pour s’occuper de son vieux père atteint de la maladie d’Alzheimer.

Outre l’autopsie de la société iranienne, ce film est avant tout une extraordinaire exploration de l’âme humaine et des drames intimes qui s’y jouent. La « séparation » se situe à plusieurs niveaux. Il y a celle « psychologique » entre le père malade et son fils. Celle « physique » du couple qui se sépare, (Simin quitte Nader quand il lui annonce qu’il reste s’occuper de son père). Celle de la vie réelle du fils qui se dérobe sous le poids de la maladie du père.

Des sujets très universels, traités avec brio, suspense et une énergie éreintante.

A voir absolument, comme un thriller psychologique et une analyse subtile des conséquences que la maladie peut avoir sur l’ensemble d’une famille.


UNE SÉPARATION : BANDE-ANNONCE VOST HD par baryla

Enregistrer

Enregistrer

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *