Que préférez-vous une île flottante ou un marbré au chocolat ?

dreamstime_7944441-e1296407760662

” Sur chaque site nous lisons tous avec énormément d’intérêt informations, conseils, adresses, forum. Comme si seul la gravité de ton était de mise. Ce que j’avais pensé construire c’est une ère de décompression qui parlerait de nos vies au quotidien d’une façon très pragmatique, des choses potentiellement faciles à faire dans nos vies d’aidant. Un peu de légèreté Il me semble que chacun aurait vu avec plaisir la petite note de joie d’un billet d’humeur.”

Billet d’humeur de septembre 2011

Que préférez-vous une île flottante ou un marbré au chocolat ?
Nous les aidants nous affrontons toujours de nouvelles problématiques.
La dernière en date est «le zéro pointé sur l’appétit » de votre aidée.
Vous recherchez les solutions les plus adaptées pour ce défi vital.

Premier constat,

votre mère n’en peut plus d’entendre des soignants dire légitimement : « il faut manger Madame ! »
La famille joue de concert sur le même tempo : « Il faut manger maman ! » « Il faut manger Mamie ! »
Une injonction qui tourne pour elle à l’insupportable et provoque plutôt un effet bloquant.
Quant aux invitations « restaurant » elles sont d’office déclinées…

Le grand secours, les compléments alimentaires aux fruits rouges qui doivent êtres présentés par petits verres.

Mais cela ne suffit pas !

Alors vous posez la question d’un ton atone avec un gros stress camouflé : « Que veux-tu manger ce midi ? »
Aussitôt voilà la réponse sans appel « Rien je n’ai pas faim merci. Surtout prépare un déjeuner pour toi. »
Vous avez aussi expérimenté la proposition alternative, genre coincer une réponse comme un commercial.
« Tu préfères une purée et cuisse de poulet avec le petit croupion ? ou une brandade de morue maison ?»
ça sent le piège !
Mais votre aidée bafoue toutes les méthodes éprouvées par les Ecoles de commerce. Le couperet tombe : « Je ne veux rien ! » Echec et mat.
Vous êtes abasourdie, vous logiez une telle force de conviction dans vos propositions…. Le poids de vos inquiétudes grossi.

Vous êtes accrochée au point d’interrogation comme un funambule sur son fil.

Il ne faut surtout pas faire sentir la pression, l’attente forte au bout de la question du repas.
Pour courir après un appétit il faut une approche très subtile, plus indirecte. D’abord se détendre, vivre un lâcher prise immédiat. Parler de saveurs avec un brin, pas de persil mais de poésie, suggérer des senteurs, un plaisir… surtout sans rien proposer… Donner l’envie sans laisser paraître votre obligation de résultat.
Mettez-y un léger détachement. Un art qui peut s’avérer efficace. Parce que compter sur les senteurs de cuisine pour solliciter l’appétence ce n’est pas gagné ! L’effet escompté peut virer au dégout ! Sans vouloir vous décourager l’alternative est trop scabreuse.

Meilleure méthode éprouvée :

Composer des menus dégustations en toute petite quantité avec beaucoup de variété à grignoter tout le long de la journée. En somme une mini dinette. Uniquement des mets préférés. Mais surtout créer obligatoirement des supers minis portions. Là vous vous donnez toutes les chances d’emprunter le chemin du succès…
Quatre petits morceaux de fruit de saison à picorer peuvent vous aider aussi à reprendre le chemin d’un enclenchement d’appétence. Avant il faut présenter ces gourmandises avec une déco de fête : une nappe resplendissante, les serviettes de table assorties, un chandelier, une sous assiette dorée, des verres superbes.
Tout compte pour réussir la grande conquête de l’appétit. Attention il faut un sans faute, chaque préparation culinaire se doit d’être délicieuse sinon la petite assiette sera repoussée. L’appétit est fragile… La barre est haute.

Autre écueil,

n’exploitez pas jusqu’à la moelle, le filon des dînettes qui marchent ! sinon vous allez un beau jour vous cogner à un nouveau « repoussement ». Vous avez un livre de cuisine pour piocher des idées nouvelles et le traiteur aussi en alternance… Votre motivation est sans borne pour redonner le goût de la table à votre aidée. Vous êtes un lutteur qui ne baisse jamais les bras ! Votre détermination est extrême. D’ailleurs Inutile de le dire vos actions parlent pour vous.

Dernier détail stimulant de la plus haute importance :

attablez-vous avec votre aidée !

Bonnes semaines à tous mes chers amis.

A bientôt chez Charlotte !

Article rédigé par Michèle Clary

Enregistrer

8 Commentaires

  1. bonjour Michèle
    on retrouve toute votre fraicheur et votre dynamisme en vous lisant.Vos astuces permettent surement aux aidants de mettre un peu de légèreté dans leur quotidien. merci et foncé
    Magalie Pinson

  2. Voilà une bien bonne idée pour redonner appetit aux uns et perséverance aux autres .Toujours innover , surprendre vous avez raison c'est la clé en tous domaines et surtout dans celui là .Devenons donc tous de petits chefs de cuisine et mitonnons des petits plats ,amoureusement , pour nos aidés. ROLANDE

  3. mimi
    toujours se renouveller, en fait ça vaut pour toutes les situations de la vie, pour éviter de tomber dans la routine.
    c'est une sacrée épreuve que tu décris, et je suis sincèrement épatée par la ténacité des aidants, ce "casse-tête" de tous les jours pour un besoin si vital.
    encore : chapo !
    continue à nous régaler (enfin si je puis dire ainsi)
    merci

  4. Voilà notre dose mensuelle de bonne humeur.
    C'est un obstacle pratiquement insurmontable lorsque l'aidé n'arrive plus à se faire chauffer lui même ses repas et ne comprend plus la nécessité pour lui de manger pour survi vre !!!
    Bravo Michèle pour ton humour.

  5. je comprends cette situation. Les mots sont justes et respirent un vécu. Merci pour cette transmission qui fait grand bien. Je vous félicite

  6. Mais où est notre rayon de soleil du mois de janvier ?? ???
    Pascale

    • Bonjour Pascale,
      Le rayon de soleil a décidé malheureusement d'arrêter d'écrire pour des raisons personnelles. Michèle a signifié de façon trés abrupte qu'elle arrêtait purement et simplement sans préavis !
      Et nous en sommes tous désolés; mais il n'y a rien à faire, elle ne répond plus aux emails !
      Bien à vous
      Pierre

  7. Mais où est notre rayon de soleil du mois de janvier ?? ???
    Pascale

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *