Que préférez-vous un chou à la crème ou une Bûche au caramel ?

dreamstime_7944441-e1296407760662

” Sur chaque site nous lisons tous avec énormément d’intérêt informations, conseils, adresses, forum. Comme si seul la gravité de ton était de mise. Ce que j’avais pensé construire c’est une ère de décompression qui parlerait de nos vies au quotidien d’une façon très pragmatique, des choses potentiellement faciles à faire dans nos vies d’aidant. Un peu de légèreté Il me semble que chacun aurait vu avec plaisir la petite note de joie d’un billet d’humeur.”

Billet d’humeur de novembre 2011

Que préférez-vous un chou à la crème ou une Bûche au caramel ?

L’évènement de Noël est propice au rendez-vous de la famille.
Voilà une situation bien favorable pour les aidés et les aidants.

Nous allons être embarqués par la rafale des fêtes au milieu d’une joyeuse tablée !

Il va y avoir des mouvements de foule, des valises, des colis partout et un grand remue ménage sur les habitudes.
Beaucoup de joie à partager en perspective.
L’intérêt aussi pour notre aidée est de sortir du quotidien.

Vivre un dépaysement qui bouscule par de belles émotions !

Mamie doit être au cœur du dispositif de toutes ces agitations.
La considérer en toute circonstance comme le VIP loin devant les bébés de la maison.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que Mamie est le trésor de la famille.
Mais dans ces nouvelles situations comme dans celle du quotidien d’ailleurs, ne surtout pas surprotéger votre aidée au risque de l’infantiliser.
« As-tu froid ? Veux tu une veste ? Je te mets tes chaussons ?… »
Un écueil vite franchi pour nous les aidants toujours attentifs et prévenants.
Concrètement, lui laisser le plus d’initiative possible, la solliciter pour mettre en activité toutes ses capacités « de faire ».

Surtout ne pas tomber dans l’évidence de ce que l’aidée ne peut plus faire.

Le savoir d’accord,  mais envisager la vie surtout dans un monde plein de possibles, tout le champ des possibles !
Bien sur ne pas toucher l’univers de l’irréalisable car sinon le moral pique du nez en mettant en relief le champ d’action perdue.
Une évidence à première vue mais qui prend une toute autre tournure dans le vif de l’action.
L’écueil très tentant aussi est de prendre en charge tout à sa place dans la maison…
« Attends Mamie je vais m’en occuper ! »
Phrase à tout bout de champ répétée plusieurs fois par jours.

Stop à votre volontarisme intempestif !

Pour noël si votre aidée peut composer la déco du sapin, de la table avec les petits enfants cela serait formidable.
Si cette possibilité n’est pas envisageable lui demander des conseils sur tous vos préparatifs de fêtes.
En un mot soyons toujours très prêt des réalités de l’aidé.
Il devient fondamental de mêler les générations.
Chacune à tant à donner à l’autre !

Si d’aventure vous êtes seule avec votre aidée le soir de Noël, mettez une assiette de plus pour inviter un grand-père ou une mamie seuls au monde qui n’ont pas eux la chance d’avoir un aidant !

Jetez un coup d’œil dans votre immeuble.
Car la solitude ce jour là pèse un poids de plus.
Seule difficulté pour vous aidant : la table de fête, car chez vous la table est toujours endimanchée par la décoration.
Alors il faut rivaliser ce jour là d’imagination, mais Mamie va vous aider car elle est une artiste.
Enfin quelque soit notre situation il faut envisager Noël pour nous aidants, aidés, comme une belle opportunité…
Celle de nous nourrir d’amour plus que de coutume.
Etre seulement deux c’est déjà merveilleux !
Ce soir là chanter ! chanter encore !

Bonnes semaines à tous chers amis.
A bientôt chez Charlotte.

Article rédigé par Michèle Clary

5 Commentaires

  1. Formidable article qui respire cette richesse du vécu et de l'expérience d'une part, et la finesse de la psychologie de l'autre. Des conseils précieux à l'heure du chacun pour soi !

    Gaby

  2. Quelle magnifique leçon mais n'il n'est pas toujours facile de pouvoir se partager entre enfants, petits enfants et Mamie, et malheureusement ce jour là très souvent l'aidant se trouve face à un dilemme car Mamie ne peut pas quitter ses répères. Aussi on fête Noël avec quelques jours d'avance car Mamie a droit elle aussi à son Noël.
    On peut toujours quand on veut ne pas agir en égoïste.
    Bravo Michèle c'est rafraichissant

  3. Je vous choisis tout de suite comme aidant ! Beaucoup de psychologie avec du coeur. Votre expérience nous porte. Merci

  4. Et oui les réunions de famille, comprises celles considérées comme une possibilité de nous rendre heureux ne "réunissent" plus grand monde ! cela deviendrait presque une exception dans certaines familles dans lesquelles certains ne considèrent plus la "famille"!!!
    Alors continuez à vous réunir et à faire la fête très souvent, n'oubliez pas votre famille et une pensée pour la famille en générale ! Bravo Michèle

  5. merci pour ce bel article qui rend hommage à nos "aînés" si souvent délaissés oubliés pendant les fêtes alors que nous leur devons la vie et devons leur donner un océan d'amour . NÖel est aussi l'occasion de nous rassembler dans la joie et l'amour et de montrer aux siens combien ils ont une part importante dans nos coeurs car lorsqu'ils ne sont plus de ce monde , un grand vide déchirant se forme et NOËL ne sera jamais plus comme avant Martine de Montmartre

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *