En matière sociale en France, une personne est considérée comme aidant familial lorsqu'elle s'occupe d'une personne dépendante, handicapée ou malade membre de sa famille au sens large

dreamstime_xs_11312755-300x200

Qui sont-les aidants familiaux ?

En matière sociale en France, une personne est considérée comme aidant familial lorsqu’elle s’occupe d’une personne dépendante, handicapée ou malade membre de sa famille au sens large. Le terme d’aidant familial caractérise une personne aidante, mais qui se différencie des professionnels de l’aide et du soins.

L’aidant familial est la personne qui vient en aide, à titre non professionnel, en partie ou totalement, à une personne âgée dépendante ou une personne handicapée de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne.

Cette aide régulière est permanente ou non.
Elle peut prendre différentes formes comme le « nursing », les soins, l’accompagnement à l’éducation et à la vie sociale, les démarches administratives, la coordination, la vigilance, le soutien psychologique, les activités domestiques…

Quelques chiffres

8,3 millions de personnes de plus de 16 ans qui aident régulièrement  à titre non professionnel (enquête handicap santé HSA) 5,5 millions de personnes âgées de 5 ans ou plus vivant à domicile, pour des raisons de santé ou de handicap, par une aide à la vie quotidienne, un soutien financier ou matériel, ou un soutien moral. Parmi elles, 4,3 millions aident au moins une personne de leur entourage âgée de 60 ans ou plus.

47% des aidants occupent un emploi
7% sont au chômage
33% sont retraités ou retirés des affaires ou en préretraite
13% sont dans une autre situation d’inactivité professionnelle

Six aidants familiaux sur dix sont des femmes
Les aidants de l’entourage ont en moyenne 52 ans
Les femmes représentent 74% des aidants de l’entourage.

La très large majorité des aidants (91%) est investie auprès d’une seule personne à domicile, 7% auprès de deux membres de leur entourage et 2% auprès de trois personnes ou plus.
La moitié des aidants vivent avec la ou des personnes qu’ils aident. Lorsqu’ils ne vivent pas avec elle, 26 % des aidants intervenant auprès d’une seule personne l’aident au moins une fois par jour et 47% au moins une fois par semaine.

Source : chiffres provenant du dernier sondage BVA/Fondation Novartis

Fiche rédigée par Danièle Mouthuy

5 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je voudrai savoir si il existe une aide financière pour les aidans familiaux ?

    Je m'occupe de ma mère qui suite à une erreur de diagnostic, se retrouve handicapée de la main droite.

    Elle n'est plus autonome, je dois l'aider dans tous ces gestes quotidiens.

    Merci pour votre aide.

    Chantal MILANO

  2. J'ai un peu la meme question. Je m'occupe de ma mère de 75ans depuis 1an, et étant au chomage, je voudrais connaitre la marche à suivre pour me faire salarier.
    Merci
    Valérie

  3. En effet, vous pouvez bénéficier d'une rémunération pour vous occuper de votre Maman.
    Pour cela, votre Maman doit vous employer comme salariée. Un contrat de travail devra être rédigé et les cotisations sociales payées.
    Vous serez alors sous le régime de la convention nationale des salariés du particulier employeur.
    Je vous conseille de parler de ce projet en famille (surtout les frères et sœurs) afin d’éviter tout conflit à l'avenir quant à votre rôle, vos missions et votre rémunération.
    Pour aider votre Maman à financer ce coût, elle pourra bénéficier de l'ADPA qui sera plus ou moins importante en fonction de son degrés d'autonomie. Attention, l'obtention de l'ADPA peut être longue à venir.

  4. Les trois quart des aidants ignorent cette close CAPITALE. l'Entourage naturel, bien que conscient de l'état de fait de la situation de l'Aidé,
    profite de la situation , même sur de longues années, pour poursuivre au Tribunal et GAGNER ainsi, l'éviction successorale de l'AIDANT. IL N'existe AUCUN moyen LEGAL de reconnaissance de l'AIDANT même sur 18 ans. AUCUNE instance, n'a voulu donner suite en conseils demandés. Ministère, Candidat à la présidence, Association...
    silence complet. Une simple RECONNAISSANCE, ne coûte RIEN. Dès que l'on parle de Tribunal, Tout le
    monde se défile.... merci de votre attention.

  5. Je recherche des témoignages de personne ayant un conjoint ou un proche atteint d'une tumeur au cerveau. Car je m'occupe de mon mari atteint d'un gliome qui a été opéré au mois de février 2012, il est âgé de 49 ans et moi de 40 ans et j'ai l'impression que je suis bien jeune, quand, je lis vos témoignages ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *