Mes journées vont de deux heures à 8 heures de travail effectif auquel il faut rajouter les transports qui, pour une journée de huit heures peut aller jusqu'à une heure trente.

dreamstime_xs_18724641-300x200

Aimez-vous votre travail ? Moi, j’aime le mien. Chaque jour, je me lève avec l’assurance d’apporter du bien-être a quelqu’un. Chaque jour est différent, avec son lot d’émotion, de sourire, de tristesse, de partage, d’entraide et de diplomatie. Chaque jour, je suis attendue avec impatience. Et chaque jour, je frappe aux portes avec le sourire. Je suis aide à domicile en milieu rural.

Chaque jour, j’aide de trois à sept personnes.

Mes journées vont de deux heures à 8 heures de travail effectif auquel il faut rajouter les transports qui, pour une journée de huit heures peut aller jusqu’à une heure trente.

Mon travail est très varié. Contrairement aux idées reçues, une aide à domicile ne fait pas que le ménage.

Pour ma part, le ménage est loin d’être mon activité principale.

A chaque intervention, je m’adapte à la personne, je l’écoute, j’essaie d’apporter des solutions, d’être le lien avec l’extérieur.

Dans certaine maison, je suis la seule visite de la journée, voire de la semaine et quelque fois plus. Il est important que je sois souriante et que j’arrive avec quelques informations concernant la vie du village.

J’ai travaillé chez une vieille dame qui aimait la vie des stars, chose qui m’intéresse bien peu. Mais chaque jour (merci internet), je cherchais quelques renseignements qui alimenteraient la conversation. J’allais coucher cette dame de 92 ans. Le coucher à cet âge est souvent difficile. En parlant de chose qui lui faisait plaisir, tout se passait bien et elle était calme à mon départ.
Une autre, fait son ménage avant mon arrivée ! Pourquoi ? Pour aller se promener ! Nous allons au cimetière sur la tombe de son mari, puis à l’épicerie du village, ou nous trouvons toujours une personne pour parler un peu … C’est aussi cela l’aide.

Je fais aussi souvent office de secrétaire. Les papiers administratifs deviennent de véritable casse-tête pour les personnes vieillissantes. Je prends donc le temps d’expliquer, de répondre aux courriers, de téléphoner,…. Il m’arrive de me faire aider par les assistantes sociales. J’ai donc connaissances de beaucoup de renseignements très personnels concernant les personnes que j’aide.

Cela pour dire que la confiance est importante.

Elle l’est pour cela et pour pouvoir aider au mieux la personne. Comment aider quelqu’un que vous voyez déprimer et qui ne vous donne pas la raison de ce mal-être ? Par contre, s’il vous fait confiance, en discutant un peu, en pratiquant l’écoute bienveillante, vous pouvez comprendre et aider.
Etre aide à domicile c’est aussi aider à la toilette, sans outrepasser ses attributions. Nous ne devons pas effectuer de soin. Dans la réalité, nous le faisons toutes, je pense, mais si l’aide à domicile vous dit «je n’ai pas le droit» de grâce, n’insistez pas et ne faites pas de réflexion. Si elle dit «non» c’est qu’elle doit prendre des risques qu’elle ne peut pas assumer.

De plus en plus, nous sommes amenées à jouer le rôle des aides soignantes.

Personnellement, je me bats pour que cela n’arrive pas. Nous n’avons pas la formation, la connaissance pour le faire. A chacun son métier. Il faut aussi savoir que lorsque nous intervenons pour faire une toilette, pour lever ou coucher une personne, c’est la personne elle-même qui paie. Si c’est une aide-soignante … c’est la sécurité sociale !

Il m’arrive aussi de travailler à perte. Et oui, on ne travail pas toujours pour gagner de l’argent !

Nous sommes payées 0,38 euros du kilomètre entre deux interventions. Le premier voyage et le dernier étant à notre charge. Quand il n’y a qu’une intervention, il n’y a pas de remboursement de frais. Quand vous devez faire douze kilomètre aller (entre dix et quinze minutes de route), douze kilomètre retour, pour travailler 30 minutes, le calcul est vite fait, n’est-ce-pas ? Pourquoi je le fais me direz-vous ?

Je pense sincèrement que lorsqu’on a choisi d’être aide à domicile, nous le sommes jusqu’au bout.

Et si une personne avait besoin, je me sentirais bien mal de refuser de l’aider en attendant qu’une autre solution soit trouvée.
Les aides à domicile sont rarement à temps plein. Pour atteindre un salaire correct, nous sommes obligées de travailler six jours sur sept et de cumuler plusieurs employeurs (souvent une association et des chèques emploi-service. Il n’est pas rare d’avoir des amplitudes horaires de douze heures, c’est à dire de commencer une première intervention à huit heures et de terminer la dernière à 20 heures. Tout en sachant que dans cette journée, il peut y avoir seulement trois heures de travail, (matin, midi et soir,) et que dans ces circonstances, il est bien difficile de trouver un autre emploi pour compléter.

Malgré ces désagréments, j’aime mon métier et je vais travailler chaque jour avec plaisir.

Témoignage d’Annick Toczé co-fondatrice d’Aidant attitude

9 Commentaires

  1. Merci de nous faire partager votre quotidien. Je pense aussi aux personnes aidées, qui doivent attendre votre venue avec impatience !

  2. je souhaite depuis un moment déja faire ce métier et vous lire, confirme mon envie . j'aimerais en savoir un peu plus sur votre parcours et .....!!!
    merci

  3. Bonjour Monique,
    C'est effectivement un beau métier. Lorsque vous rentrez à la maison le soir, vous pouvez être certaine d'avoir été utile.
    Par contre, c'est un métier difficile physiquement et mentalement.
    Il est mal payé, pas ou peu reconnu.
    Il faut être disponible. Aujourd'hui, je suis partie à 7h45, je suis rentrée à 19h30 avec 1 heure de pose ce midi, j'ai fait environ 55 km dont seulement une quinzaine seront payés. Je serais rémunérée 7h30 alors que j'aurai été absente de mon domicile plus de dix heures.
    Je suis éreintée mais heureuse ! Et si je n'ai pas la richesse dans mon porte-monnaie, je l'ai dans mon coeur et je la puise chaque jour les yeux et dans le sourire de ces personne que j'aide.
    Je reste à votre disposition pour répondre à vos questions.
    Bien cordialement.

    • Je suis aide à domicile pour une association et ce que vous expliquez Annick est vrai. Nous ne sommes pas vraiment reconnus pour notre travail surtout par certaines familles. Je me suis vu reprocher d'avoir lavé les pieds d'une dame alors qu'elle devait aller voir le Docteur pour un doppler. La belle-fille m'a dit vous devez faire le travail ce pour lequel vous êtes mandaté pas pour autre chose. Je l'ai fait parce que je savais que la grand-mère manquait d'hygiène et la famille n'a jamais mis en place un suivi pour ça sauf depuis cette algarade et depuis qu'elle a été hospitalisée.

  4. Bonjour a toutes, je ne sais pas si j'aurai une réponse, mais je suis tout comme vous une simple aide a domicile... Et je fait en ce moment une personne en fin de vie ... Ayant dans le passé sauver une dame qui était plus ou moins en fin de vie , mais qui s'etouffer devant moi ! J'ai u le reflexe de lui mettre les doigt dans dans la gorge ceux qui la sauver... Mais depuis ce jour la , j'ai u comme un choque psycologique !!
    J'ai refuser par la suite une dame en fin de vie , puis la j'ai une dame qui et comme en fin de vie car elle es très encombrer et n'arrive plus a avaler... Depuis mon ancien refus ma boite a décidé de me faire faire une formation fin de vie! Mais il n'on pas l'air de comprendre que je suis choqué... Je n'es que 22 ans et je suis réserver n'osant pas leurs refuser quelques ... Alors je me bouffe la vie, je ne dort plus je ne pense qu'a la personne que j'ai ! Comment faire ? Merci a vous Fanny

    • Bonjour Fanny
      il faut peut etre parler a vos proches et vos amis egalement a votre medecin pour vous faire aider, voir une personne mourrante cest tres difficile, il faut que vous sachiez gerer cette situation si fait partie de votre travail.

    • Salut Fanny. Mon message arrivera surement un peu tard...mais tu dois bien expliquer à ton employeur que tu n'ES PAS PRETE pour faire cette formation, que tout ça est très douloureux pour toi. Je suis auxiliaire de vie sociale et je sais ce que c'est...je te comprends. J'ai fait la formation d'accompagnement de fin de vie, mais il faut y avoir réfléchi, l'avoir décidé sans précipitation, être prêt quoi. N'y a t-il pas une psychologue dans l'organisme où tu travailles? Moi j'avais commencé par demander de l'aide aupres de la psy de mon association. Si je peux etre utile, n'hésite pas! Courage

  5. Bonjour a tous
    Veuillez m' excuser d'avance pour les fautes d'accents, je suis en Angleterre, je n'ai pas le bon clavier.
    je suis entrain de reflechir sur le metier que jai envie de faire, je fait un test sur le site de toutpourreussir.com , il y a un orient test qui permet de vous suggerer le metier qu on pourra faire a travers des questions. il y a designer de produits industriel en premiere position et decorateur interieur en 2 eme position et en troisieme position jai le metier d'aide a domicile. Je pense que chaque metier pourra m apporter de satisfaction, j aime le dessin et je suis assez bon en maths, j'aime le choses creatifs, de cet point de vue le metier designer de produits pourra mapporter de satisfaction et jaime egalement aider les autres surtout les personnes qui sont dans une situation handicapantes et egalement des personnes agees, comme ca a la fin de la journee je peux me sentir bien parceque jai fait quelquechose dont je peux etre fiere.

  6. caluchon.
    Moi aussi j'avais l'amour du métier. avec les années j'en suis revenu.
    on m'a toujours sous payé(j'en suis arrivé a ma 3eme association. une qui me devait une grosse somme récuperé (justice).la deuxiéme et troisiéme
    me proposer de travailler comme auxiliaire de vie (payer comme aide ménagére. Refus et naturelement viré.(je dois avoir la tête a cela. bizarement soudain j'ai tout les défauts de la terre... "engeulade pour un pot de yaourt vide sur une table" tout de même en famille on a bien rit.un client m'a demandé de faire 13 choses désolé je ne suis pas mimi mati dans le feuilleton. je garde mon humour.
    donc j'ai décidé de m'orienter ailleurs . Ce métier est dure mal payé moi j'ai donné.(ce n'est pas un long fleuve tranquille) je vous souhaite
    beaucoup de courage et de conserver votre amour du métier qui est si ingrat et mal rémunérer

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *