Théo est infirme moteur, comme de nombreux parents, sa maman souhaite qu’il aille à l’école du quartier, comme sa sœur. Est-ce possible, nous demande-telle ?

dreamstime_xs_21950340-300x200

Théo est infirme moteur, comme de nombreux parents, sa maman souhaite qu’il aille à l’école du quartier, comme sa sœur. Est-ce possible, nous demande-telle ?

Il existe depuis la loi du 11 février 2005, un décret permettant aux enfants handicapés d’être scolarisés dans l’enseignement grâce à l’aide apportée par les auxiliaires de vie scolaire (AVS). Leur fonction a été reconnue nécessaire par la CDAPH (commission départementale d’autonomie des personnes handicapées, gérée par la Maison départementale des personnes handicapées). Les AVS sont au service d’enfants et d’adolescents présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant susceptibles d’être scolarisés dans une classe d’un établissement scolaire et pour lesquels la CDAPH a reconnu le bien-fondé d’une aide individualisée. L’attribution d’une AVS a un élève peut être envisagée-quelle que soit la nature de son handicap et quel que soit le niveau d’enseignement- dès lors qu’un examen approfondi de la situation fait apparaître le besoin, pour une durée déterminée, d’une aide humaine appropriée dans le cadre de la vie scolaire quotidienne, en vue d’optimiser son autonomie dans les apprentissages, de faciliter sa participation aux activités collectives et aux relations interindividuelles et d’assurer son installation dans les conditions optimales de sécurité et de confort.

La maman de Théo peut donc s’adresser à la MDPH pour obtenir au plus vite une AVS afin que celui-ci rentre à l’école du quartier.

Les AVS, un progrès dans la prise en charge des enfants handicapés

Les AVS sont les mains des enfants handicapés physiques, les yeux des malvoyants, la concentration des enfants déficients.

Après une formation de 60 heures après le baccalauréat, celles-ci ont 4 types d’activités :

• Des interventions dans la classe définies en concertation avec l’enseignant (aide pour écrire ou manipuler le matériel dont l’élève a besoin) ou en dehors des temps d’enseignement (interclasses, repas, …)
• Des participations aux sorties de classes,
• L’accompagnement de gestes techniques,
• Une collaboration au suivi des projets d’intégration. Ils ne peuvent, cependant, pas intervenir au domicile de l’élève.

Un protocole d’accompagnement définit leur rôle et leurs tâches, notamment par rapport au degré d’autonomie de l’élève.
Les AVS interviennent dans l’enseignement public, le privé sous contrat, l’enseignement agricole. Dans les CLIS, celles-ci peuvent être présentes à temps plein pour accompagner un enfant ayant un handicap moteur.

Par ailleurs, un coordonnateur du service des AVS est présent dans chaque département. Il a pour mission de gérer l’organisation du travail des auxiliaires de la vie scolaire et de répondre aux demandes des familles.

Quand il n’y a pas d’AVS…quelles sont les obligations de l’état ?

Il arrive qu’il n’y ait pas assez d’AVS dans une inspection académique. Les familles peuvent avoir recours au numéro d’appel d’aide handicap école : 08 10 55 55 00.

Par ailleurs, certaines familles ayant fait appel à la Défenseure des enfants ont obtenu qu’une AVS soit envoyée rapidement dans l’école.
Adressez-vous au site : www.defenseurdesenfants.fr

Le tribunal administratif contraint l’état à respecter la loi

Le collectif Handik (regroupant 5 associations) a porté plainte devant le tribunal administratif de Pau contre le Ministère de l’Education Nationale pour non-respect à la loi de 2005. Le tribunal a répondu favorablement aux 7 familles d’enfants handicapés, obligeant le ministère à leur payer des auxiliaires de vie scolaire. D’autres familles, dans les Bouches du Rhône ont rejoint ce collectif pour défendre leur demande d’AVS dans leur département. Handik a publié un document d’aide aux familles (wwwhandik.org)

Du nouveau pour la rentrée 2012

La rentrée 2012 devrait apporter une augmentation de 1500 postes supplémentaires d’AVS pour compléter le besoin crucial de ces aides auprès des enfants handicapés scolarisés.

Alors n’attendez pas, des solutions existent pour permettre à Théo et à d’autres copains handicapés en capacité de suivre un enseignement scolaire de rejoindre l’école proche de chez eux.

Prenez contact auprès de l’inspection d’académique et de la MDPH de votre secteur pour réussir l’intégration scolaire de votre enfant.

Article rédigé par Danièle Mouthuy

Un commentaire

  1. Voici la théorie mais dans la pratique après 13 ans de rentrées scolaires je suis toujours angoissée par le début d'année. Parfois cela se passe très bien mais il y a régulièrement des couacs. Et ce n'est jamais exactement le même problème, donc impossible de travailler à les éviter.
    Ma fille ne rentre que demain donc bientôt je saurai ce qu'il en est pour cette rentrée.
    En conclusion, je peux témoigner qu'une intégration en milieu ordinaire réussie est formidable tant pour l'élève que pour les enseignants (qui me l'ont très souvent confié) et pour les enfants valides.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *