Le lieu ou l'indicible devient réel, c'est le corps ! Jacques Lacan Deuxième partie du récit d'Hélène Folio sur une séance de yoga avec son mari atteint de la maladie d'Alzheimer.

dreamstime_xs_13744233-300x200

Le lieu où l’indicible devient réel, c’est le corps ! Jacques Lacan

Deuxième partie du récit d’Hélène Folio sur une séance de yoga avec son mari atteint de la maladie d’Alzheimer.

Lire la première partie

Ce qui importe alors n’est pas tant de pratiquer une séance classique, mais de proposer des exercices simples, accessibles à tous, orientés sur l’attention portée au corps qui alors redevient vivant.

Le travail sur le ventre hautement sécurisant parce qu’il permet de retrouver ses racines lui permettra de redonner à son animalité la juste place qui lui revient. L’agressif “porte haut” le ventre. Plus il descend profondément en lui, plus il explore et contrôle cet “océan d’énergie” plus il en évite les débordements.

La respiration thoracique l’ouvre à lui-même, aux autres, au monde. L’attention portée aux sensations subtiles : l’air frais à l’inspir, tiède à l’expir au bord des narines, affine sa perception du corps et la conscience qu’il en a. On pourrait multiplier presque à l’infini les exemples tirés du travail postural et respiratoire tant le yoga est riche et complexe.

Les yogis le définissent comme “la science intégrale de l’homme” qui implique le corps, le mental, dans leurs manifestations conscientes et inconscientes, le respir, la parole, le sexe, l’action, la spiritualité… mais encore faut-il que l’enseignant se donne un minimum de formation dans l’accompagnement des malades car il ne s’agit plus ici d’élèves, mais bien de patients “ceux qui souffrent”, de personnes particulièrement fragiles aux réactions imprévisibles.

A titre d’exemple, il est prudent lors de l’apprentissage de la respiration thoracique d’utiliser le support des mains sur les côtes mobiles avec l’impression “qu’on tient l’air dans les paumes”, pour faire ressentir au malade sa limite corporelle et la maîtrise de l’exercice, afin d’éviter l’angoisse si prégnante chez certains de se fondre dans l’espace.

Mais les autres, les dormants, les gisants, ceux qui n’ouvrent même plus les yeux pour voir la couleur du ciel, que peut-on pour eux ?

Nous pouvons prendre leurs mains dans les nôtres, sceller par ce geste la présence d’une entité bienfaisante à leur côté, décliner ce contact sous la forme d’un massage au toucher subtil comme l’enseigne la tradition ayurvédique, y faire naître des sensations oubliées en effleurant doucement entre pouce et index les espaces interdigitaux….. ou encore faire glisser un doigt sur la ligne de flexion du poignet pour apaiser les angoisses.

Nous pouvons même, maintenant que le yoga a acquis en occident ses lettres de noblesse, psalmodier à mi-voix -sans passer pour des illuminés porteurs de dérives sectaires- la syllabe sacrée “OM”. Simplement parce qu’elle est le son fondamental qui vibre partout sur la planète, celui que l’océan roule dans ses vagues, qui court à la cime des arbres “avec un murmure de rivière”, qui égrène sa mélopée la nuit sur l’autoroute. Il est remède pour le corps et source d’inépuisables bienfaits pour le mental.

Les chats sont dans le secret, ils savent. Avez-vous entendu la maman chatte lorsqu’elle met bas ? Elle ronronne de toute la force de ses petits poumons pour rendre supportables les déchirures de l’enfantement, et accueillir ses petits qui viennent dans cette rumeur douce et puissante.

Ce son là ouvrira en vous une béance pour y loger la vie dans l’exaltante plénitude d’être en totale osmose avec tout ce qui vit. Il vous emportera, vous et vos malades “là où le monde n’est plus qu’une seule note élémentaire tenue infiniment…”.

Mais au fait, la meilleure manière de les accompagner ne serait-elle pas de vous asseoir vous-mêmes sur le tapis pour écouter ce que dit votre corps et lire le message qu’il imprime sur la pâte immatérielle de l’espace ?

Hélène Folio
auteure de : Qui êtes-vous Monsieur ? Je ne suis pas moi.

Un commentaire

  1. Beaucoup de poésie dans ce partage....Merci.

    je suis Infirmière, Sophrologue ,Paticienne en massage bien-être et en cours de formation : DU YOGA et Education Yoguique. J'ai choisi d'intervenir aupres d'un groupe de pesonnes diagnostiquées Alzheimer au sein d'un centre de jour du chu ou je travaille.
    J'aurai besoin de conseils...pour la mise en place de protocoles .
    Avez vous des publications...?
    Par avance merci.
    Florence.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *