Michèle Guimelchain Bonnet, psychologue clinicienne, fondatrice du café des aidants nous explique

dreamstime_xs_10514933-300x230

Michèle Guimelchain Bonnet, psychologue clinicienne, fondatrice du café des aidants, anime une émission sur Radio Vivre FM, intitulée « La parole aux aidants » dont les moments choisis sont retransmis en podcast sur Aidant attitude. Elle vient d’écrire une série de quatre articles pour Aidant attitude afin de donner des définitions simples et utiles à tous sur son métier.

Les sujets précédemment traités :
Qu’est-ce qu’un(e) psychologue ?
Quel est le rôle des psychologues ?

Que fait-on en séance avec un(e) psychologue ?

Cette question intrigue beaucoup le public !

Les choses sont différentes si l’on se trouve dans le cadre d’un soutien psychologique, d’un bilan scolaire ou encore d’un entretien professionnel.

Le psychologue dispose des outils propres à sa profession : ce sont les tests. Ceux-ci n’ont pas grand chose à voir avec les jeux-tests que présentent les magazines pour dire aux lectrices quel genre d’amoureuses ou de mères ou d’autres choses encore elles sont.

Les tests utilisés par les psychologues sont des épreuves (au sens d’examen) qui permettent de comparer les performances d’un individu avec des personnes de la même classe d’âge, par exemple. Dans le cadre du bilan scolaire, les résultats de certains tests permettent de mesurer les capacités d’un enfant. Dans l’entreprise, les résultats des tests éclairent le recruteur sur les aptitudes à certaines fonctions du candidat. Un excellent professionnel peut être un mauvais chef d’équipe ! Autant ne pas mettre les personnes en difficulté dès le départ.

Certains tests dits «tests projectifs» donnent des indications sur les états émotionnels de la personne. certains sont adaptés pour les adultes et d’autres pour les enfants.

ATTENTION : les résultats à une batterie de tests ne sont qu’une photographie à un moment donné, de l’état d’une personne. Il est très important de ne pas « figer » quelqu’un en fonction de ces premiers résultats.

Dans le cas d’entretiens de soutien, la personne qui consulte parle de ce qui lui pose problème, comme elle veut, et dans les termes qui lui viennent à l’esprit. En aucun cas le psychologue ne va contrôler ses paroles. Bien évidemment, aucun jugement de valeur n’est porté.

Le fait de parler de certaines préoccupations aide les personnes à les envisager différemment et à mieux repérer ce qui se joue dans certaines situations. C’est l’expérience de tous; parler à un professionnel de l’écoute soulage, permet d’y voir plus clair, de mieux comprendre ce que l’on est en train de vivre.

Article rédigé par Michèle Guimelchain Bonnet, psychologue clinicienne

Un commentaire

  1. Il existe différente méthode psychologique. Mais est ce que la consultation tend à se standardiser?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *