Skin est une association qui aide les femmes atteintes d’un cancer du sein à se reconstruire par l'art.

skin

Skin est une association qui aide les femmes atteintes d’un cancer du sein à se reconstruire par l’art. Et le concept est simple, l’association met en place un binôme composé d’une femme et d’un artiste. Ensemble, ils imaginent, créent et signent une œuvre ( livres, photos,sculptures …) qui est ensuite exposée, puis vendue au profit de l’association. Un moyen pour les femmes de reprendre confiance en elles par l’art et la relation à l’autre. Rencontre avec Cécile Reboul-Cleach, présidente fondatrice de l’association.

D’où vient la création de l’association ?

J’ai créé l’association à la suite d’un cancer du sein diagnostiqué fin 2007. Parce qu’une fois le cancer guéri, une fois que tout est « fini », une fois l’ablation du sein et les lourds traitements passés, plus rien n’est comme avant et le soutien du corps médical, de la famille et des amis n’est plus tout à fait le même. C’est ce que les médecins appellent le “syndrome de la blouse blanche ». En somme, “après la bataille, on compte ses blessures”. On se sent isolé, incompris et on culpabilise d’être mal alors qu’on est en vie. C’est le premier constat que j’ai fait. Le second, c’est que personne ne montre vraiment « l’après ». Enfin si, j’ai trouvé un livre qui parlait de « l’après » mais il m’a traumatisé. Il s’agissait de photos de femmes torse nu, riant aux éclats devant l’objectif. Et ce n’est pas du tout la réalité.

Dans un premier temps, ce qui m’a soulagé c’est d’écrire des billets d’humeur. Et j’ai eu envie de venir en aide aux autres femmes, de les rassurer comme j’en avais eu besoin. J’ai alors rencontré la photographe Karine Zibaut avec laquelle je me suis liée d’amitié. Nous avons commencé à travailler ensemble sur des films, des dessins, des photos et ça m’a formidablement aidée. C’est ainsi j’ai créé l’association SKIN.

Quelles sont les actions menées ?

Chacune des femmes se met en binôme avec un artiste. Ils choisissent ensemble leur mode d’expression, cela peut-être du chant, de l’écriture, de la danse, de la sculpture, de la peinture, du dessin, de la photographie … L’idée est de redonner à la femme confiance en elle et de la laisser s’exprimer à travers l’art. A chaque binôme d’imaginer la manière dont il va travailler ensemble et le temps nécessaire pour créer. Ensuite, l’association expose les œuvres des couples femmes-artistes, en France, en Belgique et, souhaitons-le, bientôt partout en Europe, les vend au profit de l’association et fait profiter d’autres femmes de ce système, notamment en relayant ces expositions sous forme photographique dans les services de cancérologie du sein et de gynécologie. Ce sera notamment le cas à l’Institut Curie au mois d’octobre. C’est un cercle vertueux. Skin est un mouvement qui appelle à grandir. Il est à l’image de la vie. Il ne reste pas figé, il s’étoffe, embellit, croît.

A qui s’adresse l’association ?

L’association SKIN s’adresse aux femmes qui rentrent chez elles, de façon à les aider à recréer du lien avec le monde, rompre leur isolement et leur marasme. Elle s’adresse aussi bien sûr aux femmes en traitement, pour les aider à préparer ‘l’après’.

Qui finance les projets ?

L’association, grâce à la vente des œuvres des binômes créatifs, mais aussi certains partenaires et les adhérents.

Quels sont les objectifs ?

Rassurer les femmes atteintes ou ayant été atteintes d’un cancer du sein, les faire “entrer dans le visible”, les soutenir dans ce cheminement vers la re-construction. “Reconquérir sa féminité, recouvrer son intégrité et habiter cette nouvelle peau est un chemin difficile”.

Pourquoi le nom SKIN ?

Tout simplement parce que la peau est la première bannière de protection des hommes. Elle protège leur intégrité. C’est aussi l’organe le plus vivant du corps, celui qui se régénère le plus vite et qui nous raconte le mieux. La peau est élastique et elle se dilate avec la vie.
Nombreuses sont les expressions qui parlent de la peau et donc de nous : on dit « à fleur de peau », « avoir quelqu’un dans la peau », « entrer dans la peau de quelqu’un » ou encore « tenir à sa peau ».

Le site de SKIN, c’est ici

Anne-Laure MIGNON

Un commentaire

  1. Mme,
    Infirmière dans un service de long séjour,je suis particulièrement touchée de votre initiative d'association.Je souhaiterais savoir si vous rechercher des bénévoles.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *