Patients-decouvrez-en-exclusivite-la-bande-annonce-du-film-de-Grand-Corps-Malade

Ce film est une bouffée d’oxygène qui bouscule l’image du handicap

Patients, une adaptation cinématographique de la biographie écrite par Fabien Marsaud dit Grand Corps Malade en 2012 qui s’associe à son ami Medhi Idir, réalisateur de ses clips musicaux pour ce film tourné dans le centre Courbert (Seine-et-Marne), lieu où Fabien s’est remis d’un grave accident.

Plus qu’un film c’est un investissement personnel des acteurs

Patients, proches, personnel du centre sont figurants et apportent de la générosité dans ce scénario à l’écriture exceptionnelle où s’ajoute en décalé un humour noir au premier et second degré qui rythme le film.

Une mise en scène adéquate avec des plans fixes et serrés pour marquer l’immobilité de Ben (GCM), puis un cadre élargit qui prend de la hauteur au fil de ses progrès.
Durant le tournage les acteurs dorment sur place, et partagent un quotidien acteurs-patients avec une retranscription fidèle d’un milieu plein d’énergie, d’humour et d’autodérision.

La force de « Patients »

C’est de montrer les difficultés face au handicap. Comment gérer son corps dans un environnement inadapté devenu hostile face au handicap ? Comment s’adapter à son handicap tout en cherchant à le contrôler voire le contrer ?

Le film réussit la prouesse de représenter la vie à travers le handicap, on y retrouve l’envie, l’humour, la dépression, la joie, la peur, le plaisir, la déception, le professionnalisme, l’introspection, le doute, l’espoir, tous les ingrédients sont là dans une solidarité prégnante entre patients.

Ce film aidera sans aucun doute à changer le regard sur le handicap et le ressenti, le vécu du patient.

Le rapport à l’humain est présent dans tous les moments de ce film, comme les non-dits du corps médical, pour amener le patient à se surpasser, à dompter son handicap.

L’accompagnement des proches malgré l’éloignement du domicile pour une lutte ensemble contre le destin, pour une vie en partage.

Un antidote aux clichés

Ce film casse le coup aux préjugés, à la stigmatisation, il réinstalle l’individu avec son altérité et passe outre les images de banlieue et de handicap pour exprimer ce que chacun d’entre nous ressent dans ce type de situation. Quelque soit le lieu, les causes, l’environnement, ce scénario nous propose une rencontre avec l’humain, dans son universalité.

L’essentiel est là, derrière le handicap il y a avant tout un individu, et c’est souvent ce processus qui s’inverse au quotidien, nous voyons d’abord un « handicapé » avant de voir une personne.

En conclusion

Ce film est le témoin d’une renaissance, un hommage au courage subi, imposé par l’envie de vivre après le chaos.

Qui que vous soyez allez découvrir « Patients » vous en ressortirez enrichit du regard de l’autre.

Albane Boin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *