photo entraide familiale

Aider un proche en situation de dépendance revient en moyenne à 2049 euros par an et occupe 16 heures par semaine… Publiée en avril dernier, l’étude réalisée par la CARAC chiffre les investissements des aidants familiaux et met en évidence leur manque de soutien.

Aider et soutenir ses proches est une évidence pour les français, selon l’enquête réalisée par les mutuelles du Carac intitulée « Argent et entraide familiale, où en sont les Français ? ». C’est particulièrement le cas des aidants familiaux, qui sont désormais plus de 8 millions à épauler un proche en situation de dépendance. Selon les résultats du panel de 1022 aidants interrogés, les aides professionnelles restent onéreuses et majoritairement sont refusées par le proche dépendant. Courses, démarches administratives, prises de rendez-vous, soutien moral constituent ainsi les principales charges des aidants, qui interviennent souvent seuls auprès de leur proches (ils le sont pour 33% d’entre eux), environ 16 heures par semaine et pour une durée d’environ 4,4 ans.

Des frais conséquents

Une charge lourde mais également coûteuse, puisque 2049 euros sont dépensés en moyenne chaque année pour le transport, l’aménagement du domicile, les médicaments ou encore pour bénéficier d’un aide professionnelle. A peine 4% des aidants bénéficient d’ailleurs d’une aide financière Mal informés sur leurs droits, ils se sentent seuls pour faire face aux difficultés économiques et pour les aider à concilier leur vie familiale et professionnelle avec leur mission. L’absence de relais, la fatigue et le stress nuisent, en effet, considérablement à leur qualité de vie.

Télécharger les résultats de l’étude

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Mon épouse est atteinte d'une dégénérescence du cortex frontal diagnostiquée début juin 2014.
    Depuis c'est un véritable parcours du combattant. L'APA l'a positionnée au GIR 2. L'aide accordée est de 32 euros/mois pour produit d'hygiène.
    J'ai décidé (je suis seul, sans enfant, sans famille proche) de la garder au domicile et de m'en occuper. Les aides soignantes viennent sur semaine (5 jours sur 7 pour la toilette).
    Vous comme tous les intervenants (médecin, associations diverses) vous dites que les aidants sont mal informés. C'est vrai, en ce qui me concerne ce n'est faute de recherches, les divers intervenants sont peu généreux dans les informations de peur de se faire déborder par l'organisme voisin. Il existe trop d'associations, l'argent est dépensé pour l'administration,leur fonctionnement au détriment des malades. Certains élus commencent à prendre conscience du problème.
    Le droit au répit est accordé à QUI ?
    Même devant la maladie, nous sommes livrés à nous même. C'est du système D. Je ne suis pas le seul à le vivre, à le dire. Il faut sortir de vos bureaux, fréquenter les gens qui assurent, qui souffrent dans le silence. Je suis en colère devant tant de discours et peu voir pas d'action.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont signalés par des *