Recette n°2

Difficulté : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Ingrédients indispensables

  • Faire un diagnostic (avec ou sans professionnel) sur les besoins de l’aidé, les contraintes dues à sa perte d’autonomie, son environnement, ses envies, sa maladie
  • A partir du diagnostic, faire une liste des suggestions et de leurs exigences de mise en œuvre
  • Assurez-vous que des solutions financières et matérielles peuvent être adaptées, sans oublier vos contraintes d’emploi du temps

Ustensiles

  • Les professionnels du diagnostic, les médecins, les associations ou organismes spécialisés qui vont vous aider et vous donner un avis sur le dispositif à créer.
Recette

Contacter la Mairie ou le CCAS de votre lieu d’habitation pour vous aider à constituer les dossiers d’aide sociale ou médical.

Se rendre dans un Point Info Famille, lieu d’information et d’orientation destiné aux familles.

Si votre proche aidé est âgé, vous pouvez contacter le centre local d’information et de coordination gérontologique, des professionnels (assistante sociale, psychologue) seront à votre écoute et vous aideront à trouver des solutions aux problèmes du quotidien. Ils pourront évaluer les besoins de la personne, élaborer un plan d’aide, vous mettre en relation avec des professionnels de santé et de l’accompagnement à domicile.

Clic ou le conseil général du département pour avoir les coordonnées du CLIC le plus proche du domicile).

Trucs et astuces

Créez une chaîne humaine (professionnels, voisins, amis, auxiliaire de vie, bénévoles, …).

Tissez un réseau de confiance qui vous permettra de vous reposer sur des compétences et des savoir- faire afin de vous concentrer sur l’essentiel et de vous octroyer une certaine souplesse dans votre emploi du temps d’aidant. De cette façon, vous ne vous épuiserez pas et vous continuerez à avoir des relations sociales, des activités distrayantes…

De nombreux d’intervenant vont « envahir » votre quotidien (médecins, infirmiers, aides soignants, auxiliaires de vie, kinés, bénévoles…). Établissez un planning afin que chacun puisse travailler sans déranger l’autre. Par exemple, veillez à ce que l’auxiliaire de vie ne vienne pas servir le repas au moment ou l’aide soignante vient faire la toilette.

Acceptez les transformations dans votre habitation : installation du matériel paramédical, pose de barres de maintien, etc.

Ménagez aussi souvent que possible du temps pour vous. Par exemple, lorsque l’auxiliaire de vie intervient, prenez le temps de vivre, visite, shopping, ballade…

L’auxiliaire de vie est un(e) professionnel(le), vous pouvez lui faire confiance.

[guide]aidantattitude.fr/telecharger-le-guide/[/guide]